jeudi 8 juin 2017

In the beginning it was the sound


In the beginning it was the sound…

(pic by Medhi Benkler, Kilbi 2017)

par Dejan Gacond

The thick smoke of incense is undulating smoothly under the B-Stage, slowly filling the whole space. On stage some smoke machines are reinforcing this atmosphere. A voice from beyond the grave recites gently some sentences over a heavy drone reminding some Buddhist mantras. Time dismantles. Little by little we connect ourselves to a low pace meditative vibratory flow. Dominik Kesseli and his long dreadlocks drummer cross through the dense smoke, install themselves on stage and start a first song. The image is gripping ! Dominik could be a blend of a catholic monk, a yogi master, a 70’s guru and a beatnik. He seems to embody all these characters… together and separately. He’s all of them and none of them at the same time. « I’m trying to retranscribe the landscape of my mind » as Dominik was telling me a few hours before his concert with his eyes scanning the agricultural stretch behind the Bad Bonn. It was a lot about images in our talk. « Some images I want to write… » said Dominik. The images of words… the word ; « image »…

I’ve read somewhere that David Byrne from Talking Heads realized that he has been unconsciously influenced by the evangelist sermons on the radio, by the voice’s flow of these sermons. A rhythm, a pulsation that he used to modify his way of singing. Dominik told me that he’s consciously influenced by religious music. The choirs as much as the transmission of a speech, the organ as much as the spatial ritualisation of the service. He was born and raised in a Reformed catholic family and religion contributed to outline his connection with the world and its reality. Religion is in his DNA ! However he militates for an open minded relation with others and with the world. He militates against all form of radicalism. He dreams about a world without fear, hatred or intolerance. This world ; his world reveals itself in the interval of a concert. He offers it to be shared, without imposing anything… the transcendence that could spurt out of Dominik’s image become immanence… if the experience contains something mystical, we are floating in a benevolent polytheism and not in a threatening monotheism…

« I hope the audience get to reach other planets… i hope they can travel in another dimension… » A quest to uncover the original pulsion of music, its primary necessity as much as the energy music generates. To untie oneself from dogmas as much as from the visible world’s weight, its ineluctable severity, its demeaning structures, its restricting dualities. There is something nietzschean about Dominik Kesseli. Like the wandering philosopher he attempts to go with his music beyond good and evil… In Nietzsche’s work there is also this idea of movement, sound and dance in the aim of grasping a different reality that the experimented one… When I asked Dominik what is the destination of his musical journey, he marks a pause, leaves the silence feeding his thought and says… « laugh »… One of the most beautiful book of Nietzsche is named « The Gay Science »

When time escapes from its fluid linearity, it embodies itself in a pure, crystal conscience of the instant… « The best would be if the audience loose the time… » says Dominik. So that now becomes eternal, we have to forget here. Music remains the best way to reach this feeling of now… a romance with infinity, a ballad in the incomplete, a roaming in the void… music is an eternity of maybe… a sensation sent from space to escape the time… as it is de-realizing the real, music makes reality truer than its appearance… As the long songs from Lord Kesseli and The Drums go by we are floating on huge quiet rivers as much as speeding down small mountain streams. We discover an unknown constellation of landscapes, we experiment a mystic kaleidoscope, the soil’s consciousness diminishes in aid of the sound’s consciousness… A Lord Kesseli and The Drums concert is a fragile instant hanged between the divine and the diabolical… Definitely a sentence coming up into my mind every time I am in the land of Fribourg… like if the conscious of here  was coming back to reality… A concert of Lord Kesseli and The Drums reconnect with some spiritualities nestled into history’s recklessness… Lord Kesseli offers us to see a world where we can believe in the sound, in its pulsation, in its beginning, in its energy… A floating ecstasy… a blurred wandering… the becoming music of sound… 
« Music is….deep….really. »
Dominik Kesseli

Bad Bonn Kilbi - Düdingen - 3 juin 2017

La Chaux-de-Fonds, 8th of june for the english version

"The weirder the better " - english version


« The weirder the better »
James Sedwards

(pic by Mehdi Benkler / James Sedwards with This is not This Heat @ Bad Bonn Kilbi)

par Dejan Gacond

The insectoid mutations of William S. Burroughs. His world dwelt by bizarre creatures, post-sub-conscious journeys, hallucinatory trips, and his cut-up technic deeply influenced James Sedwards. He’s the first writer coming in James’s mind when i asked him what he thinks about literature, then he added ; « the weirder the better. » Burrroughs or the profound consciousness of layers. A surveyor of the entangled infra-world’s stratums. Burroughs’s books sound like complicated noise tracks, like superimposed lines of guitar, like incessant rhythmic cut-up. Through his different musical projects James Sedwards is building a kind of sonic extension to the work of the mythic writer. From his collaboration with Thurston Moore to an improvised performance with Lydia Lunch, Weasel Walter and François Cambuzat going to his band Nought, James explores the sonorous limits of consciousness and of its wandering double. According to him, sound and noise can’t be differentiated ; « It’s all sound or It’s all noise… It’s just how it’s organized. » It doesn’t matter if he plays noise music, guitar or bass like on one song the other day at Bad Bonn Kilbi with This Is Not This Heat. Sensation remain essential, the energy too. He refuses to be associated with categories, to be put in a box. Slayer or John Zorn, Lydia Lunch or Pink Floyd… music has to be considered as a delirium of senses… and not as impermeable categories shriveled up on themselves. A pop song can awaken in a body some sensations equally intense as the one produced by a devastating wall of sound. 

Being open to the others and keeping a pronounced taste for experimentation…. James Sedwards has been a session musician for a long time and his natural capacity to work for other people’s music can be felt in his deeply human personality as much as in his attitude on stage. He seems permanently attentive at the harmonious totality formed by a band, this subtle balance of connexions, looks, reciprocity with each one. Music can be envisaged as an improvisation « free of any kind of construction » or as a « completely composed » ensemble such as the complicated structures of This Is Not This Heat, « It’s all part of the same langage » explains James. His kindness and some timidity emanates from him when we talk, maybe a way to protect himself or his talent. Instinct and technic skills have rarely coagulated with so much fluidity than in his way of playing music. From the man and from the sounds and noises he produces with his instruments spurts out a kind of simplicity. « I’ve met Thurston Moore in my kitchen… we drank a cup of tea. » he explains in the shade of the trees behind the Bad Bonn. Thurston Moore just moved in London and they were living in collocation with James during a year. A few months later they decided to play music together. They worked as a duo during six months before being joined by Steve Shelley and by Debbie Googe following James’s proposition. The recording of « The Best Day » was already planned. Steve and Debbie had just a few days to learn the songs. « The first time we played music all together was the first day of recording. We recorded the album in three days… » Through this process, without really noticing it, they became a band, a tribe, a small community. James Sedwards says that besides bringing to the sound a deeper density, Debbie Googe is also « a real social glue. » The natural faculty of My Bloody Valentine bass player to gather people contributed to transform this ephemeral project into a real band who just recorded a masterpiece named « Rock n Roll Consciousness ». A complete, harmonious, dense and powerful record. A music piece touching totally as much as the infinitesimal. An album as much intellectual as instinctive, as much rock n roll as conscious. 

While James explains me the trajectory of his collaboration with Thurston, it’s hard for me not to project myself two years ago. Almost the exact same day, in the shade of the same millenary trees surrounding the Bad Bonn. From this place emanates a particular energy. It was boiling that day of june 2015. I was abundantly sweating… it was with feverishness I started to talk with Thurston Moore who was about to play a few hours later with his band. A surreal instant. Indescribable. I was stammering and words were juxtaposing in a weird way. I remember my shacking hands when Thurston asked me to sign him the little kaleidoscope of nothingness fanzine i just gave him… A few meters away, Debbie Googe, James Sedwards and Steve Shelley were having a drink…

« Noise never ends » says James suddenly bringing me back in 2017… He talks about his band Nought, « it’s been there forever… it’s my first project and i guess it’ll be my last as well… » Right now, Nought are finishing to write « a challenging piece of music ». James needs to find a balance between his different projects, satisfying at the same time his refusal to belong to some defined category of musician. He needs to remain open to the evanescent fury of instinct as much as to the peaceful reflexion of the mind. A few meters away from us, some midges are forming a constantly moving swarm. A molecule boiling with atoms… It looks like a book written by William S. Burroughs… We wonder a little while about this phenomenon… it looks like a telluric knot suspended in the air.. can you believe this ? Thinking about it, music is a thin blend between the air and the soil. James embodies this oscillation. A journey through the geological layers of unconsciousness, a cosmos explosion, an idea of emptiness, a delirium of senses… music is a fuel… something to share… an oscilaltion… a romance with infinity… the music of James is the amplification of a William Burroughs’s book…

Bad Bonn Kilbi, Düdingen, 3 juin 2017
La Chaux-de-Fonds, 7th of june for the english version


dimanche 4 juin 2017

"The weirder the better"

« The weirder the better »
James Sedwards

(James Sedwards with This Is Not This Heat @ Kilbi, picture by Patrick Principe)

par Dejan Gacond

Les mutations insectoïdes de William S. Burroughs, son monde peuplé de créatures étranges, de voyages post-sub-conscients, de trips hallucinatoires, comme sa technique du cut-up ont profondément marqué James Sedwards. C’est le premier auteur qui lui vient à l’esprit quand on lui demande ce qu’il pense de la littérature, ensuite il ajoute ; « plus c’est bizarre, mieux c’est. » Burroughs ou la conscience du découpage et des couches. Un arpenteur des strates enchevêtrées dans l’infra-monde. Les livres de Burroughs sonnent comme un long morceaux de noise compliqué, comme des lignes de guitares superposées, comme des coupures de rythmes incessantes. Au fil de ses projets musicaux, James Sedwards construit une forme d’extension sonore à l’oeuvre de cet écrivain mythique. De sa collaboration avec Thurston Moore à une performance improvisée avec Lydia Lunch, Weasel Walter et François Cambuzat en passant par son groupe Nought, James explore les limites sonores de la conscience et de son double errant. Le son et le bruit ne sauraient se différencier selon lui. « C’est que des sons… ou c’est que des bruits… c’est juste la façon dont c’est organisé. » dit-il. Peu importe qu’il fasse du noise ou du rock, de la guitare ou de la basse comme hier sur un morceau avec This Is Not This Heat. La sensation demeure primordiale, l’énergie aussi. Il refuse surtout d’appartenir à une catégorie, d’être mis dans une boîte. Slayer ou John Zorn, Lydia Lunch ou Pink Floyd… il s’agit de concevoir la musique comme un délire des sens… et non comme des catégories imperméables et fermées sur elles-mêmes… Une chanson de pop mainstream peut éveiller dans un corps des sensations d’une intensité égale à un mur du son d’une puissance dévastatrice.  

Une ouverture aux autres et un goût prononcé pour l’expérimentation. James Sedwards a longtemps été musicien de sessions et cette capacité de se mettre au service d’autrui se ressent dans son caractère profondément humain autant que dans son attitude sur scène. Toujours attentif à la globalité harmonieuse formée par un groupe. Un jeu subtil de regards, de partage, de connexion avec chacune et chacun. Que la musique soit envisagée comme une improvisation « détachée de toute forme de construction » ou comme quelque chose « d’entièrement composé » à l’image des structures complexes de This Is Not This Heat, « tout fait partie d’un langage commun. » raconte James. En parlant avec lui, on sent immédiatement la gentillesse et une forme de timidité, une façon de protéger son talent. Pourtant la technique et l’instinct semblent rarement avoir coagulé avec une telle fluidité que dans son jeu. De l’homme comme des sons et des bruits qu’il produit avec ses instruments jaillit une sorte de simplicité. « J’ai rencontré Thurston Moore dans ma cuisine… je lui ai fait un thé. » me raconte-t-il à l’ombre des arbres derrière le Bad Bonn. Thurston Moore venait de déménager à Londres et il a vécu en collocation avec James pendant quelques mois. Ensuite ils décidèrent de faire de la musique ensemble. Ils ont fonctionné comme un duo pendant environ six mois avant d’être rejoint par Steve Shelley, puis par Debbie Googe suite à la proposition de James. L’enregistrement de l’album « The Best Day » était prévu et Steve comme Debbie ont eu quelques jours afin d’apprendre les chansons. « La première fois que l’on a joué ensemble tous les quatre était le premier jour de studio… on a enregistré l’album en trois jours… ». Au passage, sans vraiment s’en rendre compte, ils étaient devenus un groupe de musique, une tribu, une mini-communauté. James Sedwards raconte qu’en plus d’apporter au son global une profondeur et une densité unique, Debbie Googe est aussi « un véritable ciment social ». Cette faculté innée de la bassiste de My Bloody Valentine pour rassembler les gens a grandement contribué à faire de ce projet éphémère un vrai groupe dont le nouvel album « Rock n Roll Consciousness » est un pur chef d’oeuvre. Un album complet, harmonieux, dense et puissant, touchant à la totalité comme à l’infinitésimal. Un album autant instinctif qu’intellectuel, autant rock n roll que conscient.

Alors que James m’explique un peu la trajectoire de sa collaboration avec Thurston, il m’est difficile de ne pas me projeter deux ans en arrière, presque jour pour jour. La Kilbi 2015, les tables ombragées par les arbres millénaires qui entourent le Bad Bonn. De cet endroit jaillit définitivement une énergie particulière. Il faisait très chaud ce jour-là, je transpirais abondamment… et c’est avec une fébrilité immense que j’ai commencé à discuter avec Thurston Moore qui se produisait quelques heures plus tard avec son groupe. Un moment surréaliste, difficilement descriptible, je bégayais, j’avais du mal à juxtaposer les mots. Je me souviens des mes mains tremblotantes quand Thurston m’a demandé de lui écrire une dédicace au fanzine kaléidoscope of nothingness que je venais de lui offrir… James était attablé quelques mètres plus loin avec Debbie Googe et Steve Shelley…

« Le bruit ne finit jamais »  dit soudainement James Sedwards… Il parle de son groupe Nought, « ça dure depuis toujours… c’est mon premier projet et ça sera mon dernier aussi… ». Ils sont d’ailleurs en train de terminer l’écriture « d’une oeuvre musicale exigeante » avec Nought. Afin de satisfaire son refus d’appartenance à une catégorie de musicien, James semble avoir besoin de trouver un équilibre entre ses différents projets. Une ouverture à la fureur évanescente de l’instinct comme à la réflexion paisible de la pensée. À quelques mètres de nous, des moucherons forment une sorte d’essaims en mouvement constant. On dirait une molécule bouillonnant d’atomes… On dirait un livre de William S. Burroughs… on dirait des lignes de guitares superposées par James Sedwards. Le phénomène nous interroge un instant. On dirait des noeuds telluriques dans l’air, vous y croyez-vous ? La musique est finalement une forme de mélange entre l’air et le sol et James incarne cette oscillation. Un voyage au travers les couches géologiques de l’inconscient, une explosion cosmique, une idée du vide, un délire des sens… la musique est une énergie… un partage… une oscillation… un flirt avec l’infini… la musique de James est l’amplification d’un livre de William Burroughs… 

Bad Bonn Kilbi, Düdingen, 3 juin 2017
La Chaux-de-Fonds le 6 juin 2017 pour la version allongée.


samedi 3 juin 2017

Au commencement était le son....




Au commencement était le son…

par Dejan Gacond

La fumée épaisse de l’encens ondule doucement sous la tente de la B-Stage, emplissant peu à peu tout l’espace. Sur scène des machines à fumer renforcent encore cette atmosphère. Une voix d’outre-tombe récite lentement des phrases sur un bourdonnement évoquant des mantras bouddhistes. Le temps se disloque, on se connecte peu à peu à un flux vibratoire d’une lenteur méditative. Dominik Kesseli et son batteur aux longues dreadlocks pourfendent la dense fumée, arrivent sur scène et démarrent un premier morceau. L’image est saisissante ! Dominik pourrait être un mélange de moine catholique, de maître yogi, de gourou des 70’s et de beatnik. Il semble pourvoir incarner tous ces personnages… ensemble et séparément. Il est tous et aucun d’eux à la fois. « J’essaye de retranscrire le paysage de mon esprit. » me racontait-il quelques heures avant son concert avec un regard scrutant les étendues agricoles derrière le Bad Bonn. Il était beaucoup question d’images dans notre discussion. « Des images que j’ai envie d’écrire… » disait Dominik. L’image des mots… le mot « image »… 

J’ai lu quelque part que David Byrne de Talking Head a réalisé avoir été inconsciemment influencé par les prêches évangélistes à la radio, plus particulièrement par le flux de la voix. Un rythme, une pulsation qu’il a réutilisé dans son chant. Dominik me disait être consciemment influencé par la musique religieuse. Les choeurs comme la transmission d’une parole, l’orgue comme la ritualisation spatiale du culte. Issu d’une famille catholique réformée, la religion a contribué à esquisser son rapport au monde. C’est dans son ADN ! Il milite pourtant pour une ouverture totale au monde et aux autres et contre toute forme de radicalisme. Un monde qui aurait aboli la peur, la haine et l’intolérance. Et ce monde ; son monde se matérialise l’espace d’un concert. Il le donne en partage sans l’imposer… la transcendance qui pourrait jaillir de son image devient immanence… si l’expérience a quelque chose de mystique on flotte plutôt dans un polythéisme bienveillant que dans un monothéisme menaçante…



« J’ai envie que les gens atteignent d’autres planètesqu’ils voyagent dans une autre dimension… » Une quête pour retrouver la pulsion originelle de la musique, sa nécessité primaire comme l’énergie qu’elle génère. Se détacher des dogmes comme de la lourdeur du monde apparent, sa gravité inéluctable, ses structures avilissantes, ses dualités contraignantes. Il y a quelque chose de nietzschéen chez Dominik Kesseli. À l’image du philosophe errant, il tente à travers la musique d’aller par-delà bien et mal… Chez Nietzsche aussi il est question de mouvement, de son et de danse afin d’appréhender une réalité qui ne peut qu’être différente de celle perçue… Quand on demande à Dominik quelle serait la destination de son voyage musical, il s’arrête un instant, réfléchit, laisse le silence nourrir sa réflexion et dit… « le rire »… Uns des plus beaux livres de Nietzsche se nomme Le gai savoir

Quand le temps s’échappe de sa linéarité fluide, il s’incarne dans une instantanéité pure… « Le mieux serait que le public perde la notion du temps… » dit Dominik. Pour que maintenant soit éternel, il s’agirait d’oublier l’ici. Mais la musique reste le meilleurs moyen d’y parvenir… un flirt avec l’infini, une ballade dans l’inachevé, une errance dans le vide… la musique est une éternité de peut-être… une sensation envoyée de l’espace pour échapper au temps… en dé-réalisant le réel, la musique rend la réalité plus vraie que son apparence… Au fil des longs morceaux de Lord Kesseli and the drums on vogue sur des fleuves immenses comme sur des ruisseaux de montagne, on découvre une constellation inconnue de paysages, on expérimente un kaléidoscope mystique, la conscience du sol s’estompe au profit de celle du son… Un concert de Lord Kesseli and the drums est un instant fragile suspendu entre le divin et le démoniaque, une phrase qui décidément caracole dans ma tronche à chaque fois que je suis en terre fribourgeoise… tiens la conscience de l’ici reprend le dessus… Un concert de Lord Kesseli reconnecte avec des spiritualisés enfouies dans les inconséquences de l’histoire… Lord Kesseli nous offre à voir un monde dans lequel croire au son, à sa pulsation, à son commencement, à son énergie… Une extase flottante… une errance floue… le devenir musique du son… 

« Music is….deep….really. »
Dominik Kesseli


Bad Bonn Kilbi - Düdingen - 3 juin 2017

vendredi 2 juin 2017

From Düdingen to Kilbi...


From Düdingen to Bad Bonn…

par Dejan Gacond



… C’était le 19 avril 2013. Un vendredi en début de soirée. C’était avec un mélange de fébrilité, de terreur et d’impatience que j’attendais Lydia Lunch dans le restaurant de l’Hôtel des Alpes de Düdingen. Normal j’avais relu « Paradoxia » peut de temps avant, c’était notre première rencontre après quelques échanges d’email. Heureusement la voix grave et protectrice de Lydia m’avait un peu rassuré au téléphone en me proposant de manger avec elle. C’était donc le vendredi 19 avril 2013. J’étais dans ce restaurant suisse allemand typique ; tout était en bois, les chaises, les tables, les ornements autour des fenêtres, le plafond. Une odeur de fondue et de rösti flottait paisiblement dans l’établissement. Des familles, des groupes d’amis buvaient l’apéro, commandaient à manger et laissaient jaillir de forts éclats de voix en suisse allemand. J’y comprenais que dalle. Soudain elle a débarqué ! Un mètre soixante d’énergie pure, impeccablement maquillée, tout de noir vêtue, la frange parfaite, deux traits d’un puissant carmin recouvraient ses lèvres… elle s’est dirigée vers moi, mon coeur battait fort et je lui ai dis en préambule, sans réfléchir ; « Strange place to meet Lydia Lunch… »… « I know it’s the assole of the world, but the club is fantastic…Hi ; I’m Lydia ! »… quelques verres de blanc plus tard on se dirigeait vers le Bad Bonn… 



… C’est le 2 juin 2017. Un vendredi vers huit heure du matin. C’est avec un mélange de tête dans le cul et d’étonnement que je déambule dans le centre du village de Düdingen. Normal la Kilbi commence aujourd’hui. D’ailleurs à la terrasse du centre commercial deux vieilles dames me regardent avec dépit et semblent se dire ; « eh merde c’est reparti… revoilà les fous… » Tout en buvant un café et en observant la paisible vie des habitants de Guin se dérouler, je me décide à aller poser des questions à quelqu’uns d’entre eux. Que pensent-ils de la Kilbi ? du Bad Bonn ? Sont-ils fiers ? Sont-ils effrayés ? Mon allemand est très mauvais et vais tenter d’improviser. C’est fou comme on est nul les romands quand même. C’est la faute au système scolaire c’est sûr. Mmmmouuaaais… comment se fait-il qu’après environ 12 ans d’allemand à l’école on soit obligé de parler en anglais avec les suisse allemands, et la plupart du temps ils nous parlent directement en français. Bref, allez hop, je me lance. Un vieux monsieur approche et je me présente, tente de balbutier quelques mots pour savoir ce qu’il pense du festival. Il est surpris dans un premier temps, puis me dit qu’il n’y est jamais allé, mais que c’est super pour la jeunesse, pour la réputation du village, etc… enfin d’après ce que j’ai pu décoder quoi… Ensuite une dame qui achète des tournesols me parle avec enthousiasme du festival ; « ah c’est génial que ça existe, faut jamais que ça disparaisse, pleins de gens viennent ici pour ça, c’est extraordinaire ! en plus je connais bien Patrick. » C’est à mon tour d’être surpris quand elle ajoute que la seule fois qu’elle est allée au Bad Bonn, c’était pour un mariage il y a longtemps. Une mère de famille me tient ensuite un discours plus ou moins similaire. Les deux jeunes qui tiennent le barbier semblent également intrigués. Ils m’avouent n’être encore jamais allé ni au festival ni au Bad Bonn mais ils voient tout ça d’un bon oeil. Paraît-il qu’un vieil homme disait fièrement l’autre jour que grâce à Kilbi on parlait de Düdingen jusqu’en Australie… D’ailleurs un fragment déjanté de l’Australie sera par ici ce dimanche, j’ai nommé les psychopathes de King Gizzard and The Lizard Wizard !!… Pour les habitants de ce village, le Bad Bonn semblent être un îlot lointain, ils savent que ça existe et plus ou moins où c’est, mais la chose demeure un mystère ou une légende enfouie dans les anciens bains thermaux vers le lac de Schiffennen… pourtant ils sont heureux que tout au long de l’année et plus encore début juin, des gens débarquent du monde entier dans leur petit village. D’ailleurs au moment où j’écris ces réflexions flottantes, les trains s’arrêtant en gare de Düdingen déversent sur les quais des grappes continues de festivaliers, tous plus impatients les uns que les autres que la Kilbi démarre… 

Si certains s’en vont jovialement dévaliser le centre commercial en face de la gare, d’autres se dirigent directement vers le Bad Bonn. Ils traversent la zone industrielle de Düdingen, passent le pont au-dessus de l’autoroute et longent le petit quartier résidentiel et les quelques fermes traditionnelles. Celles et ceux qui marchent le long de cette route pour la première fois seront surpris voir amusés par ce temple de nains et animaux de jardins qui entoure une petite maison. La plus grande concentration au monde de ces créatures de terre cuite. Ils ont même des perroquets de jardins, c’est complètement hallucinant. Quand on a l’habitude de prendre cette route, le passage de ce jardin surréaliste est plutôt rassurant car il indique que l’on s’approche du but. Il faudra encore passé devant une vierge marie posée avec vénération dans une vitrine au-milieu d’une haie… ah les terres pieuses et leur dérives… Passé la sainte statuette, la route devient encore plus étroite et on aperçoit le toit de la grande scène au loin. Puis le sommet d’une étrange élipse testiculaire… le mystère demeure un instant… et se dissipe quand on arrive à la hauteur du camping… on entends les test sonores en court qui s’échappent du festival… les techniciens de la petite scène semblent passer « Angel » de Massive Attack… il reste à construire sa cabane, faire des provisions, boire sa première bière.. et attendre qu’un autre mystère commence… un mystère éternel et polythéiste ; celui du devenir musique du son… 

Bad Bonn Kilbi - Düdingen - 2 juin 2017

jeudi 1 juin 2017

Post-cyber-ovipare-Kilbi


(photo Patrick Principe Konzertbilder

KILBI - Post-cyber-ovipares

par Dejan Gacond

Un peu partout on s’active. Des bruits de perceuse, des palettes qui s’empilent, des camions qui vont et viennent, des tracteurs transportent du matériel, les stands de nourriture se dressent gentiment. Un morceau de vieux reaggea s’échappe d’une sono. Un groove apaisant qui berce le travail des bénévoles. L’un d’eux se plaint jovialement, taquine son pote et met un morceau de trash métal des années 80. C’est qu’il faut du rythme aussi ! Au loin d’épais nuages semblent pour le moment épargner le site de la Kilbi, restant coincés sur les préalpes fribourgeoises. L’atmosphère est lourde et on se prépare à quelques orages pendant ce week-end. On est en train de recouvrir le site du festival avec de l’écorce fraîchement déposée. Une douce odeur de sapin coupé se répand au gré du vent. Il doit y avoir une histoire à propos du bois dans le canton de Fribourg et au Bad Bonn plus particulièrement. Serait-ce les forêts millénaires qui longent les champs ou cette infinie diversité d’arbres composant les bois de la région ? 

Vous-vous souvenez de cette immense araignée trônant au milieu de la Kilbi 2015. Cette hommage boisé à Louise Bourgeois ? Un corps épais, des pattes gigantesques, une bouche effrayant crachant de la fumée, les yeux rougis par des lasers. Une bête évoquant les ères précédant l’humanité, quand la terre était peuplée de créatures colossales, tout autant que celles qui vont lui succéder, quand la terre sera habitée par les insectes. D’autres ou les mêmes… les mêmes étant souvent des autres… se souviennent de cette affiche du Kilbi il y a quelques années où le logo du festival était écrit avec des allumettes ou des petites lattes de bois je sais plus… il était question de bois, c’est certain !

Cette année encore la sculpture centrale semble nous renvoyer à des zones sub et post humaines à la fois. Un oeuf d’une vingtaine de mètres de hauteur se faisant peu à peu recouvrir d’un léger branchage de saule. Un arbre qui pousse abondamment dans cette région. Les bouleaux et les saules  affectionnant tout particulièrement la fraîcheur humide des abords du lac de Schiffenen. Ils sont plusieurs à travailler autour de cette structure d’acier, de fer à béton et d’arceaux métallique qu’il s’agit d’emballer. Certains effeuillent les branches de saules à la serpe et composent des fagots. D’autres accrochent autour du métal les morceaux de bois léger et finement entortillés les uns aux autres. On dirait qu’un nid étouffe lentement la descendance qu’il est sensé abrité. Les branches ainsi enchevêtrées donnent à cet oeuf une apparence effrayante. On dirait un peu ces oeufs dans Alien II, quand Ripley découvre qu’il n’y a pas qu’une seule créature mais des centaines. La sensation est pourtant ambivalente, car la technique ancestrale dans la façon de composer cette oeuvre fait échos aux anciennes sagesses enfouies ci et là dans l’histoire des civilisations. Un travail de fourmis. Une patience de moine japonais est nécessaire. Une conscience lucide de chaque élément imbriqué s’impose. C’est de cet assemblage que naît la force. Que couve donc cette édition 2017 de la Kilbi ? Quelle bestiole émergera-t-elle de ça demain ? Difficile de savoir. Impossible d’imaginer…



Les aranéides comme les ovipares nous précèdent, c’est indéniable et seront là bien après nous, c’est certain. Tout deux appartiennent aux périodes reptiliennes du monde, avant la pensée et le langage, avant la musique et le temps, avant l’instant et la matière. Tout deux survivront à une humanité bientôt dépassée par la folie de ses grandeurs. Les uns comme les autres représentent la circularité et les ramifications, l’oscillation et les réseaux. La Kilbi tisse des toiles et ponds des oeufs. La Kilbi fonctionne en réseaux. La Kilbi est deleuzienne. La Kilbi a conscience de la nécessité communautaire de son fonctionnement. Comme si l’être ensemble serait dans un futur proche une nouvelle conscience tribale. Une redécouverte de l’origine sociétale du monde. Une forme d’assemblage non hiérarchique dont chaque élément contribue au bon fonctionnement d’un tout. 

Un peu partout on s’active. On déplace des tables. On accueille les premiers musiciens. Les camions des médias commencent à s’installer. On teste le son de la petite scène. Le festival est prêt à démarrer ! Marco, le chef du montage et uns des responsables du Bad Bonn à l’année me disait qu’ils étaient « tranquilles ». « On a commencé samedi, mais c’est facile… ». Daniel avec son habituelle chemise et son éternel casquette fait des aller retours, salue les gens qui arrivent au fur et à mesure. Patrick va d’un groupe de bénévole aux cuisiniers des stands de nourriture, des représentants de cigarettes qui installent leur roulote aux techniciens de la grande scène, s’assurant que tout le monde se sent à la maison… Ici, tout le monde est chez lui… Ici chacun construit sa cabane… il y a une forme d’appropriation individuelle et naturelle du Kilbi et Daniel me disait il y a quelques temps qu’il y tient beaucoup. Le Kilbi c’est pas que lui… La Kilbi c’est aussi nous, c’est aussi les musiciens, les bénévoles, les villageois, les techniciens, les cuisiniers… La Kilbi c’est tous ensemble qu’on la vit… mais c’est individuellement qu’on la ressent…

Comme disait un auteur argentin à prolo des livres, est-ce que le monde est la Kilbi ou alors la Kilbi est-elle le monde ?

Bad Bonn Kilbi - Düdingen - le 1 juin 2017

mercredi 31 mai 2017

...Kilbi est un autre...


(photo : Patrick Principe Konzertbilder)

...Kilbi est un autre ...

…réflexions éparses sur la musique et l’altérité…

par Dejan Gacond

ULTIMATE PAINTING - PURE MANIA - DUBAI SPRINTERS - MANDOLIN SISTERS - KHIDJA - NAHAWA DOUBIA - JLIN - AUTISTI - WHITE WINE - INIFINITE BISOUS - N.M.O … Cette liste de noms… que peut-elle bien désigner ? Des nouvelles sortes de drogues ? INFINITE BISOUS ? Serait-ce du MDMA amélioré ?… Des codes secrets ? Opération N.M.O ? Nom de code KHIDJA ? Tempête du JLIN ?  à moins que ce soient des abréviations ? Altération Ubuesque Tergiversante Irrévérencieuse Situation Topologique Instable ? Des concepts psychanalytique encore à définir ? Une science très jeune et en devenir permanent se doit de peaufiner ses paradigmes. De nombreuses maladies mentales restent encore à nommer. mmmouais… non c’est juste la prog’ du Kilbi ! En regardant bien ce programme, on expérimente une forme de relation anthropologique à la musique… comment réagir face à l’autre et devant un idiome inconnu ? Face à des mots qui demeurent une simple sonorité ? Et devant des sons que l’on ne peut décrire ? Comment faire et où donc se situer ?…

Chaque année à la Kilbi c’est un peu la même chose… quelque part au-milieu du mois de mars, on attends avec fébrilité et impatience l’annonce de la programmation, tout en sachant pertinemment que l’on connaîtra au maximum une dizaine de groupes sur les nonante annoncés… comment réagir face à l’altérité ? Devant l’inconnu ? Devant le mystère et face à l’intrigue ? Tenter de découvrir chaque groupe à l’avance ? Aller sur youtube, bandcamp, écouter.. tenter de se rappeler qui fait quoi, établir son petit programme ? Au contraire, se laisser surprendre, ne rien écouter… laisser couler ? Je suis toujours un peu entre-deux, dans une forme d’oscillation… car la tentation est forte, un clic sur le monde fantastique de internet et on trouve des infos… un clic et on a l’impression de savoir… Cette année j’ai pourtant fait attention, mais impossible de ne pas poser une oreille sur les textures inquiétantes de Puce Mary, ou sur la pop déglinguée de Angel Olsen… comment ne pas jeter un oeil aux quelques concerts récents de This Is Not This Heat ? Comment ne pas écouter « Dragonaut » de Sleep car ça fait trop longtemps ? Peu importe dans quelle catégorie on se situe, la surprise restera totale… ne serait-ce qu’avec l’ordre dans lequel Daniel Fontana choisit de moduler sa prog’… à part lui, qui ferait jouer Metz à 16h ? ou enchaîner Dakkha Brakkha avec Shabazz Palaces ?….Autisti va par exemple ouvrir la petite scène du club le dimanche vers 15h30… cette volonté de bousculer les codes établis, de tisser des liens invisibles entre du hip-hop nonchalant et de la musique traditionnelle ukraïnienne, de faire cohabiter le métal extrême japonais et un pianiste danois… il s’agit pour Duex de faire découvrir des groupes mais aussi de pousser le spectateur et aussi parfois les artistes hors des limites connues. Un voyage dans les zones indistinctes de corps rassemblés autour de la musique. Un panel de sonorités, de rythmes, de bruits jaillissant d’une planète inconnue… comme des galaxies oubliées dans le dédale gazeux de cosmos enchevêtrés. 



Kilbi est un autre ! Kilbi est multiple ! Kilbi est la rencontre désirée d’un livre de Gilles Deleuze et d’un morceau de Flying Luttenbachers ! On est pas certain de tout comprendre, on est quelque peu décontenancé, les structures verbales semblent étranges, on oscille en permanence du nano-perceptible à son double infini, le son s’immisce avec une intensité différente dans les canaux auditifs… ça fait un peu bizarre au début, car les repères se sont disloqués, car ce que l’on croyait connaître n’est d’aucune aide, puis comme avec un texte de Gilles Deleuze ou un morceau de Mono, on finit par se laisser aller… une longue dérive agréable sur le fleuve de l’indicible, si proche du vide… Kilbi est le devenir morceau de musique du corps ! Comme si chaque parcelle de ce machin qu’on trimballe par-ci, par-là, comme si tout ce fatras d’ossements, d’organes, de nerfs, de sang et tout le bazar mutait soudainement en sonorités juxtaposées ou superposées de façon inédite… 

La musique n’étant jamais très loin d’une expérience religieuse, d’une transe, d’un détachement de la conscience ou d’une conscience corporelle totale, ce festival est une forme de double inversion mystico-éthérée… On y expérimente une relation holistique au monde tant dans la jovialité bienveillante des gens qui sont présents que dans cette sensation d’avoir coagulé avec une totalité apaisante… un festival bouddhiste en terres catholiques ? La linéarité du temps a indéniablement été brisée renvoyant les corps à une circularité acceptable et rassurante, les dieux et les déesses sont multiples et le vide est enfin cet état méditatif détaché des contingences du réel. 

Kilbi est un autre ! Kilbi est multiple ! D’abord il porte le nom d’un rite populaire fribourgeois ayant historiquement lieu en octobre. Originellement une sorte de fête villageoise durant trois jours, ensuite c’est devenu la célébration du retour des troupeaux en plaine. Des danses, des chants, les couples se forment, on y mange un menu somptueux… Histoire de bien commencer l’été, pourquoi ne pas plutôt célébrer la Kilbi fin mai, début juin ? Et pourquoi pas faire d’un rassemblement populaire le festival le plus exigeant et surprenant musicalement ? 

…Kilbi est multiple…
…Kilbi est l’exode urbain du rock…
…Kilbi est certain de pas savoir comme disait l’autre…
…Kilbi est le devenir morceau de musique du corps…
…Kilbi est une cabane… 
…Kilbi est un autre… 

La Chaux-de-Fonds, le 31 mai 2017

mardi 30 mai 2017

La récurrence aléatoire du hasard - Kilbi 2017


(photo ; Noé Cauderay)

La récurrence aléatoire du hasard

….à propos de AUTISTI mais pas vraiment…

par Dejan Gacond

Le bord d’un lac par une matinée ensoleillée… les prémisses d’un été insouciant… un petit vent agréable… des voiliers se déplacent avec fluidité sur la surface oscillante d’une eau claire… des cygnes paradent, les mouettes piaillent avec une frénésie joviale… plus haut des hirondelles font des spirales hallucinantes, se gavant d’insectes invisibles à l’oeil humain… des étudiantes rigolent, d’autres jouent au Aki et ça fait bien longtemps que l’on pas vu ce jeu de hippie… ça fait bien longtemps qu’on a pas vu des hippies se disent deux types à aux chevelures improbables assis au bord du lac…. Louis Jucker parle de surface des choses, d’équilibre fragile, de contexte, de rock qu’il a envie d’écouter… il évoque un besoin de parler d’une manière simple de chose compliquée, d’espace inconnus… Soudain une maman et son fils à la démarche encore un peu chancelante s’approchent… c’est fou comme les enfants ressemblent à des gens ivres ou le contraire je sais plus…bref… Le gamin est fasciné par un objet derrière Louis, une sorte de boîte avec une poignée, un cube bizarre et vieillot, un peu comme une caisse de vin oubliée à la cave… une boîte étrange dont émane un manche, des frettes, des touches, des cordes… l’enfant est intrigué et sa maman se lance…

- Tu as vu cette guitare Basile ?… (La dame hésite un instant et regarde Louis)
- Bonjour Monsieur… enfin… euh c’est bien une guitare ?
- Bonjour…euh oui… mais c’est aussi une valise…
- Ah… (petit rire nerveux)… bonne journée…
- Merci vous aussi…

Il doit y avoir une histoire à propos du son… et aussi une autre à propos du mouvement… si le son a une vitesse, la vitesse doit bien avoir une musique non ? Comme l’écrivait Robert Musil « Mais si il y a un sens du réel, (…) il doit y avoir quelque chose que l’on pourrait appeler le sens du possible. ». La recherche d’un déséquilibre parfait, d’une oscillation entre l’inconnu et les repères potentiels, entre la réalité du rêve et le songe du réel… Emilie Zoé parle de traverser des rivières, mais à tâtons, sans trop de repères, quelques cailloux pourquoi pas, mais tout en sachant que je vais aussi tomber à l’eau… Steven Doutaz de rentrer dans des voitures par le coffre et c’est voulu quoi !… Pascal Lopinat de monolithes sonore posés dans des terrains… Tous parlent de construire des amplis, de sincérité et de faire la musique qu’ils ont envie d’écouter… Ils les ont construit d’ailleurs ces amplis, en essayant, en découvrant, en donnant au son un endroit où être… Il doit y avoir une histoire à propos du son… et aussi une autre à propos de la matière… on raconte d’ailleurs que la musique existe. Mais comment une chose immatérielle et évanescente peut-elle donc être au monde ? Et pourtant c’est à travers des corps et grâce à des objets que la musique existe non ? Emilie me racontait l’autre jour qu’ils se sont échangés des disques avec Louis lors de leur première rencontre… C’est même dans le corps que naît l’idée de la musique non ?… avant les mots, avant la perception… dans le flottement amniotique du ventre maternel…une connexion liminaire au rythme éternel… avant d’être dans le monde, avant d’être un autre, avant d’avoir envie de construire des Altro Mondo… être ailleurs… il doit y avoir une histoire à propos du son… et aussi une autre à propos des utopies… l’utopie c’est l’idée d’un ailleurs qui existe nulle part… avoir une ferme et faire pousser des légumes raconte Emilie avant d’ajouter ; bon j’inviterais mes potes pour faire des concerts quand même… Pour Steven, c’est construire un monde possible où déployer son idée du rock, car elle n’a pas toujours été compatible avec la réalité contemporaine d’un rock trop structuré. Ce qu’il veut, c’est flirter avec cette récurrence aléatoire du hasard. Pascal décrit la musique comme une oscillation entre le mathématique et le magique, puis y mettre de l’âme !… J’essaye d’être chez moi partout dit Louis. Pour eux, l’utopie c’est une cabane, on peut la construire, la réaliser, la déplacer, la matérialiser…!



Jouer de la musique avec quelqu’un, c’est un peu comme faire une cabane disait donc Louis en pensant certainement aux prochaines constructions bancales, éphémères qu’il composera. Un machin assemblé par ses soins avec les gens qu’il imagine et les objets qui l’entoure… quelques bouts de bois, des copains, un peu de ficelle, un enchevêtrement d’idées, d’énergie et d’envies… un processus fluide comme il dit… Parfois pour élaborer ses cabanes, il faut trouver un îlot approprié, un espace possible… d’ailleurs après avoir enregistré le disque de Autisti à La Chaux-de-Fonds sur un 4 pistes déglingué, Emilie et Louis ont embarqué le précieux appareil à La Cité des Arts de Paris afin d’y enregistrer les voix. Un bâtiment étrange que cette cité des arts, surtout pour un architecte j’imagine… un bloc, assez peu hausmannien dans le style, des long couloirs, une succession de portes avec des noms saugrenus inscrits sur des plaquettes, des choses comme « Atelier Le Corbusier, Canton de Neuchâtel », du lino vert olive au sol… dès mes premiers pas dans ces couloirs obscurs, ça m’a fait penser à une institution psychiatrique… ceci-dit, un disque qui s’appelle Altro Mondo par un groupe nommé Autisti ne pouvait qu’être finalisé dans une sorte d’hôpital pour artistes, surtout après avoir été enregistré à La Chaux-de-Fonds, une ville réputée pour être un asile psychiatrique à ciel ouvert. Il y a une forme de démence consciente chez Autisti. Antonin Artaud a écrit et dit quelqu’un part que les asiles d’aliénés sont des réceptacles de magie noire. Quand j’y étais dans cette même pièce - en 2009 - je lisais trop Artaud d’ailleurs, un flirt avec la folie, mais un rapprochement avec le caractère magique du réel, du sol, des sons… c’était aussi la naissance d’une perception kaléidoscopique du néant… la possibilité d’une utopie re-matérialisable, connectée à la musique… presque comme une cabane… un truc que l’on peut construire… un truc que l’on peut déplacer… d’ailleurs tous les membres d’Autisti ont déjà joué dans cette utopie-là, dans ce kaléidoscope-ci ou dans celui-là… les cabanes c’est les souvenirs d’enfance… ce premier espace que l’on crée avec ses potes de quartier, qui nous appartient, comme si on devenait une tribu ou un groupe de musique… Dans « Peaches for Plane » de Autisti, Louis imagine que lui, Steven et Emilie sont des enfants-lombrics creusant à travers des pêches cosmiques en direction de planètes inconnues… quelque chose dans le genre… un trip intergalactique pour retrouver Peter-Pan, pour se reconnecter avec l’insouciance instinctive de l’enfance, avec la spontanéité naïve d’un monde toujours à découvrir… 

Il doit y avoir une histoire à propos du son… et aussi une autre à propos de l’émotion… une quête d’un état de flottement méditatif, les phases successives d’un éveil permanent, un rapport harmonieux à soi, aux autres et au monde… un dépassement de l’être à travers la musique. Emilie Zoé dit qu’écrire des chansons, ça fait réfléchir sur ce qu’on vit. Il y a chez elle un lien sensitif, fragile à la musique… et parfois elle réfléchit beaucoup sur son rapport au monde et à la musique, sur sa place dans le monde musical… un espace sonore dans lequel elle a plus que sa légitimité d’ailleurs et qu’elle envisage comme une recherche d’émotions… les émotions étant multiples, elle incarne chaque état potentiel dans son jeu, dans son chant et dans ses expressions… ses grands yeux reflètent de la sensibilité, de la fureur, de la fureur sensible et de la sensibilité furieuse… Des fois elle fait même un peu peur hein ? me disait Daniel Fontana avec son accent français et son timbre vocal si unique… Faut dire que Louis Jucker n’est pas toujours complètement rassurant non plus sur scène, celles et ceux qui l’ont vu avec Coilguns doivent s’en souvenir…Vous verrez dimanche à la Kilbi que le bougre n’est pas tout calme non plus avec Autisti… Pourtant Louis est aussi cet ovni folk écrivant des chansons capables de faire pleurer un gardien de prison ou un douanier. Chez Autisti, comme dans leurs autres projets, on ressent cet équilibre fragile entre la douceur et la violence qu’il s’agit de percevoir, cette limite ténue, ce laboratoire semi-improvisé comme dit Louis.

La dernière fois que je suis allé à la Kilbi, j’avais 20 ans et c’était pour voir Sonic Youth racontait Steven dans mon salon enfumé… Un peu comme chez Sonic Youth, l’ancien groupe de Steven, les Welington Irish Black Warrior, construisait un mur du son impressionnant, le dépassant souvent… leurs concerts étaient d’une intensité autant brute que brutale… Il y avait une apparence de bordel pas géré mais tous les morceaux étaient construits afin d’être surprenants… Un peu comme chez Autisti… un peu comme la Kilbi… d’ailleurs Steven rêvait d’y jouer un jour…puis la vie a fait qu’il arrête momentanément la musique, d’où l’arrivée de Pascal dans le projet Autisti et si ce dernier dit avec humilité que c’était surtout pour  répondre à une nécessité, tant ses connaissances profondes de la technique musicale que son goût subtil pour l’improvisation instinctive collaient aux idées de Louis Jucker et à l’énergie humaine qu’il désirait rassembler et partager. Qui sait ? Peut-être seront-ils un quatuor et non un trio pour leur concert de dimanche à la Kilbi ? Peut-être y aura-t-il deux batteries ? Un festival mythique, une aura magique, une âme puissante, une beauté profonde et unique… La Kilbi est une sorte d’utopie matérialisée… une sorte de cabane… une énergie particulière émane des profondeurs du sol, c’est un espace idéal, pour paraphraser Robert Musil, la Kilbi c’est le sens du réel et le sens du possible… la puissance énergétique du sol jaillit sur les corps qui l’arpentent… Tout semble envisageable… parfois des choses que l’on aurait même pas pu imaginer deviennent une réalité proche d’un rêve… comme rencontrer Lydia Lunch au Bad Bonn et développer avec elle une relation autant amicale qu’artistique, comme Thurston Moore qui te demande une dédicace au petit fanzine kaléidoscope que tu viens de lui offrir… ou comme faire une performance au Bad Bonn avec Louis Jucker en ouverture de Lydia Lunch… Il doit y avoir une histoire à propos du son… et aussi une autre à propos des connexions… comme la recherche d’un déséquilibre parfait, comme une oscillation entre l’inconnu et les repères potentiels, comme un flirt interstitiel entre la réalité du rêve et le songe du réel…

La Chaux-de-Fonds le  30 mai 2017